Geneviève Boucher

Un sommelier ou passionné de vin près de chez moi: Geneviève Boucher

Pourquoi cette série d’articles? Parce que je la trouve bien intéressante!

Le monde du vin est rempli de passionnés qui, par leurs intérêts multiples et leur personnalité unique, nous communiquent leur amour de cet élixir Ô combien intrigant et souvent même émouvant!

Ma vie d’amateur fut jusqu’à présent ponctuée de rencontres formidables. Plusieurs ont façonné ou influencé ma relation avec le vin. J’ai décidé de vous faire découvrir quelques personnes qui ont, à un moment où l’autre, contribué à l’épanouissement du passionnée du vin que je suis.

Mes questions et leurs intérêts du moment constituent la trame de ces interviews.

La première qui osa se prêter au jeu: L’énergique et pétillante Geneviève Boucher.

Pourquoi avoir rencontré Geneviève ? Client chez réZin, j’eus le plaisir de communiquer avec elle à de multiples occasions. À travers nos échanges, j’ai pu découvrir en elle une fille animée d’une passion pour le vin tout à fait contagieuse. Ainsi, je trouve en elle une candidate de choix pour débuter cette nouvelle série d’articles !

C’est autour d’un café, dans le décor du Café Vasco da Gama sur la rue Peel, qu’eut lieu notre rencontre.

Montréalaise francophone de Westmount (ce qui est rare selon ses dires!), Geneviève s’est initié au monde du vin grâce à Steve Beauséjour et Xavier Burini, des collègues au resto-bar Le Cube. Alors étudiante en technique policière, elle y occupait simultanément un emploi. Ces collègues ont joué un rôle déterminant dans cet intérêt qu’elle allait développer pour le vin. Cet intérêt fut tel qu’elle troqua son titre d’étudiante des services de l’ordre pour celui d’étudiante en sommellerie à l’ITHQ.

À la sortie des bancs d’écoles, elle pratiqua la sommellerie au Brontë et oeuvra pendant près de 8 ans au sein de l’agence de représentation en vin réZin et y tiendra le rôle de directrice marketing. Amoureuse de la restauration, elle perfectionnera sa passion au Joe Beef, Lawrence, les 400 coups et le 357C. Excellente pour populariser les produits méconnus et investie dans sa passion du vin, Geneviève est, à 27 ans, sur un nouveau départ. Ces jours-ci, elle prend les rênes du poste de Directrice export Canada et Caraïbes pour Michel Chapoutier.

Voici donc ses réponses aux questions qui constitueront le noyau de mes entrevues dans le cadre de cette série d’articles avec les sommeliers et passionnés que je rencontrerai :

La passion du vin se développe graduellement mais le passage d’amateur à passionné origine très souvent d’un coup de foudre. Quel est le vôtre?

« Le coup de foudre est venu lors de mon emploi au Cube. Avec un collègue (Steve Beauséjour) qui m’avait invité à les joindre à une visite du vignoble québécois Les Pervenches. Les vins, les gens et la passion ont été contagieux! »

L’expression “confort food” évoque le plaisir que nous avons à déguster des plats qui garantissent le bonheur. Existe-t’il pour vous un “confort Wine”?

« Plusieurs types de vins entreraient dans cette catégorie, mais un Savigny-les-Beaunes ou un Savagnin du Jura (avec un bout de comté), c’est du pur bonheur! »

Comment dissocier le vin du mot partage? Plusieurs d’entre nous, passionnés, ont eu la chance de déguster, en excellente compagnie, des vins d’exception et de vivre de surcroît un moment magique. Avez-vous en mémoire quelque souvenir d’un tel moment de bonheur?

Sans hésiter, sa réponse fut : « Les soirées avec mon ancienne équipe chez réZin où l’ouverture de magnums de Champagne, cuvée Fidèle de Vouette et Sorbée était synonyme de fête. » Un autre moment qui restera gravé en mémoire est celui-ci : « Il y a aussi ces moments, aux côtés de la productrice Alessandra Bera, dans le Piémont devant un coucher de soleil où nous avons dégusté de vieux Moscato d’Asti. » De beaux souvenirs et moments inoubliables. « Tout dernièrement, je me suis fait prendre au jeu à l’aveugle avec un Shiraz du domaine Tournon qui avait l’élégance d’un vin du Rhône Septentrional… Comme quoi il faut garder l’esprit ouvert ! »

Ces vins d’exception, grands crus et vins de renommée, ont atteint dans les dernières années des prix stratosphériques! Auriez-vous quelque suggestion de vin pour un passionné au budget « modéré »?

Sans nommer un produit en particulier, Geneviève pointe vers les régions à surveiller : « Les vins du Sud de la France, du Languedoc, du Rhône ou des blancs grec, qui offrent du plaisir à petit prix! »

Étant un adepte de vin, il est hors question de m’en passer de vin lors d’un séjour en camping ou dans un chalet. Une suggestion pour les amoureux des grands espaces ?

« Le format magnum est un « must », surtout lorsqu’on est en bonne compagnie. Les vins du Beaujolais et de la Sicile offrent la polyvalence et la simplicité requise pour accompagner ces bons moments, mais aussi toute sorte de plats! » « Pour un après-ski, je recommanderais un Crozes-Hermitage de Michel Chapoutier, comme la cuvée Les Meysonniers. »

Le vin nous révèle un monde extraordinaire de découvertes, mais aussi de projets. Quel est celui qui vous anime présentement? 

« Outre mon nouvel emploi pour Michel Chapoutier, qui représente un beau projet et un grand défi, je soutiens également quelques causes qui me tiennent à cœur. Par exemple, le 18 novembre prochain, se tient l’événement Pop-up Art et vin à la galerie Station 16 aux profits de la Fondation des étoiles pour la recherche sur les maladies infantiles.»

Pour y rejoindre Geneviève, voici le lien afin de participer : fondationdesetoiles.ca/

 

Merci encore à Geneviève d’avoir accepté de me rencontrer et de partager, encore une fois, sa passion avec moi, mais aussi avec vous !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *